Déjeuner au grand air

96747003_m

ϑւ

Une cascade d’or blond et fauve, flambante,
Évoque le baiser fragilement vermeil
Reçu, enfin, des lèvres douces du Soleil
Après la pluie, la lente bruine, tombante
Hélios a maintenu haut sur l’horizon
Ses amples rais de feu ; le ciel est superbe !
Mignonne, allons veux-tu bien, déjeuner sur l’herbe :
Environnés de fleurs et d’opulent gazon !
L’humble végétal semble un tapis confortable ;
Nous y pourrons, sous les ombrages, étendus :
D’un repas champêtre fait de fruits dodus,
Faire ripaille, sans protocole ni table.

ϑւ

© Yannig Watel – 08 juin 2014

ϑւ

Publicités