Spleen : tout un ciel pleuré

40571121

⟢⟣

Voilà octobre et pas un soir qui ne grelotte !
C’est l’été qu’on regrette – été plein de douceurs
Dont l’âme, comme l’âme d’un cher défunt, flotte
Languissamment dans l’air – parmi tant de noirceurs
Dans le feu et la glace à la fois de l’aurore :
Brasillent, çà et là, les rayons blancs et roux,
Ô petits flambeaux tremblants mais tièdes encore,
D’un automnal soleil au charme triste et doux
Quel tableau, qu’en la forêt plus fauve et moins verte :
Un grand chêne abattu que la sève a quitté,
Vide de vie autant que bâtisse déserte !
Plus rien n’habite ce vieux tronc décapité
La nature, déjà, d’un silence tranquille
À des silences lourds, semble nous programmer ;
Nous faut-il endurer les chagrins que la ville
Inflige toujours aux cœurs prompts à s’enflammer !
La pluie monotone, à nos fenêtres s’invite ;
Octobre se venge de l’été demeuré
Trop clair, trop longtemps ! Dehors, la nuit tombée vite,
Par-devers nous, a fait choir tout un ciel pleuré.
⟢⟣
© Yannig WaTeL  02 octobre 2014
⟢⟣

10 réflexions sur “Spleen : tout un ciel pleuré

  1. Le dernier quatrain dit tout, résumant ainsi la finesse et la justesse du propos dans cet harmonieux poème aux vers parfaitement maitrisés : L’automne est là, et ce soleil tardif qui s’éternise n’y changera rien… Il pleurera quand même…
    Merci à toi de nous enchanter une fois de plus… même triste, ta plume est brillante…
    Bises

    • Oui, Emma, tu as bien compris, je n’en doute pas, que cet automne est purement allégorique : le passage du rêve [ la chaleur et les parfums de l’été ] à la réalité [ les feuilles mortes que l’on piétine et qui craquent sous nos pieds ] et ces longs mois de disette annoncés, même si des éclaircies un peu criardes viendront de temps à autre, mettre un peu de ciel bleu dans tout ce gris !
      C’est souvent à l’automne venu qu’on songe à tout ce qui n’est plus…
      Merci pour le regard porté sur ce poème, amicales bibises

  2. Le poète a vêtu ses mots des robes colorées de l’automne et, comme par magie, les images dansent sur la mélodie nostalgique de ses rimes harmonieuses.
    Une plume qui porte joliment cette écharpe de spleen comme les grands arbres s’enroulent dans la brume des aubes d’octobre.
    Bravo et merci Yannig. Continue de faire rêver tes lecteurs, et ce, quelle que soit la saison.
    Bisous
    de Hélène

  3. Hélène, j’espère que ton enthousiasme sera… communicatif !
    Dores et déjà, j’ai planché sur une vision plus optimiste de la chose, parce qu’il faut voir le côté positif en tout, c’est une question d’équilibre.
    Merci pour le commentaire déposé, c’est très apprécié.
    Amicales bibises

  4. Yannig
    La vie, la mort; le chaud, le froid; la lumière, l’obscurité; le feu, la glace; le bruit, le silence; la joie, la tristesse; les couleurs, le blafard; le soleil, la pluie; c’est un beau poème de contrastes, d’oppositions, d’antithèses naturelles et spirituelles que tu nous offres là.
    Tes mots sont comme une balançoire qui nous mène du zénith au nadir.
    J’aime beaucoup.
    Mon amitié, Cher Yannig
    Renaud

    • Renaud, tous ces contrastes et polarités opposées qui s’attirent et se mélangent, tu as perçu tout ceci à fort juste titre, attendu que l’automne semble un paradoxisme, une antithèse de cette nature qui à l’air à la fois vivace et maladive. (En quelque sorte, au diapason de mes états émotionnels du moment…)
      Merci pour ta lecture attentive et ton raisonnement judicieux, une fois encore.
      Mon plus amical salut

  5. Hélène, tu m’as fait peur ! J’ai d’abord cru à une version de… Heuuh… Du pathétique Léo Ferré !!! 🙂
    Merci pour ce partage, l’amalgame est très réussi à mon sens. Et tellement d’actualité !
    Chaleureuses bibises

Répondre à Emma Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s