Petite suite de deux madrigaux

5411449

[ I ]
Madrigal un peu cavalier
Tu me trouveras sans doute un peu cavalier
Si, à minuit sonnant je monte l’escalier
Qui mène à ta chambre, pour mille fois te dire
Je t’aime ! Et plus ardent et plus prompt que l’éclair,
Succomber – corps et âme – au péché de la chair :
Dans ton lit, indubitablement, m’introduire.

455440

[ II ]
Madrigal galant
Vous raffolez, dit-on, de manières galantes ?
Acceptez que je porte à mes lèvres brûlantes
Votre main ! Et sentez comme aura palpité
Mon cœur, qui vous parle, qui vous dit en silence
Combien est grand le plaisir qui suit l’impatience
De serrer contre soi un peu d’éternité.

© Yannig WaTeL → 17 octobre 2014

10 réflexions sur “Petite suite de deux madrigaux

  1. Cavaliers ou galants tes poèmes sont toujours empreints d’élégance.
    Je trouve originale ton idée de présenter deux formes identiques mais de fonds différemment traité.: Don Juan et le Prince Albert 🙂
    Le madrigal se travaille également sur huit vers.
    Tu as raison de te faire plaisir car du coup (pardon!) tu fais plaisir à ton lectorat.
    Bisous de mon été indien
    Hélène

    • merci-merci,
      j’avais mis en chantier une 3ème vision de la chose : le poète contemplatif en quête d’idéal, bouquet de fleurs à la main et violon en bandoulière (rire…) 😉 mais tout a fini à la corbeille !
      *Je commence à devenir exigeant avec moi-même…. 🙂
      chaleureuses bibises, joie et bonne humeur au programme

  2. J’ignorais ce qu’était un madrigal, c’est chose faite… ceux-ci sont très plaisants à lire avec, pour moi, une légère préférence pour le premier… quoiqu’il en soit, l’un comme l’autre témoigne d’un goût certain pour l’art amoureux qui n’est pas sans intérêt quand on l’applique en poésie aussi joliment qu’ici… c’est vraiment très réussi…
    Bises

    • Les madrigaux se suivent mais ne se ressemblent pas… Tout comme les états de l’âme !
      Merci pour l’aimable critique, Emma. Je me dis qu’il doit bien se trouver quelque part, une amoureuse qui s’ignore, à qui je pourrais dédier ces modestes galanteries ! 🙂
      Amicales pensées

    • Merci beaucoup, Sophie
      J’en déduis que vous ne considérez pas la galanterie et la courtoisie comme des qualités surannées, mais comme des façons distinguées de rendre la vie plus belle.
      Votre appréciation me va droit au cœur.

  3. Bonjour,
    Je découvre un bien joli blog poétique, où le coeur et l’âme sont mis à « nus ». Ecriture qui traverse le temps, d’un doux charme romantique, où la plume avait cet art de conter et d’écrire de bien jolis vers galants. Beaucoup de profondeurs intérieures dans cette parure poétique que vos poèmes reflètent à l’essence de votre âme. Je vous remercie. C’est dans les liens d’un autre poète que j’estime, que je découvre ce blog. Merci.
    Toute mon amitié et ma rose poétique. CorpsRimes.

Une impression, une pensée :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s