La belle agonie

1213201

Caduques, les feuilles d’un érable impérieux,
L’une emportant l’autre, s’en sont toutes allées
Prenant sens contraire des heures envolées,
Avec l’air de répondre aux appels mystérieux
Du bois dormant, dont les âmes emprisonnées
Sont les voix musicales ; ô trépas mélodieux
De notes dorées et pourpres, disséminées !
L’arbre expire et voilà ses suprêmes adieux.

© Yannig WaTeL 23 octobre 2014