Au jour le jour

464071⤞⤝

J‘ai vécu au jour le jour, dans l’attente heureuse
De te revoir ! Avec un savoureux plaisir,
Sans remords ni haine, j’ai goûté à loisir :
De mon cœur grand ouvert, la blessure amoureuse
Que tu m’aimais toujours, j’ai caressé l’espoir,
Avec des yeux d’enfant qui découvre le monde
Et j’ai ressenti, à chaque instant plus profonde :
Ta présence étreignant le grand calme du soir
Sais-tu que, le gîte, le couvert et la table :
Tout encore – y compris le pardon – t’attendait ?
Voilà pourquoi, sans doute, le Temps suspendait
Contre toute espérance, son vol redoutable !
Et voilà pourquoi, sans trompette ni tambour,
Loin des scherzos de ton violon ubiquiste ;
Seul avec ma candeur d’âme, ni gai ni triste :
Sans rien regretter, j’ai vécu au jour le jour.

⤞⤝

© Yannig WaTeL  29 octobre 2014

⤞⤝

12 réflexions sur “Au jour le jour

  1. Les vers légers de ce poème, montent au ciel comme les notes d’une musique pour y graver des mots d’amour d’une très forte intensité… car c’est bien de l’amour que nait ta poésie : l’amour d’un coeur, de la nature, de la beauté et de la vie… et réunis ensemble dans ces vers magnifiques, tout n’est que pure harmonie…
    Bises

  2. Tes vers sont agréables à lire car il émane d’eux une profonde sérénité qui à l’air de te caractériser, une ambiance rare dans ce monde tourmenté et je dirais… une séduction contagieuse qui me donne envie de tenter d’en faire autant…et quelle culture! bravo!

    • Merci Pat, de t’être attardé dans l’antichambre de mes intimes pensées.
      Ce poème a failli s’intituler : « Les mots que je n’ai pas su te dire »… mais il y a trop de caractères, ça ne tient pas sur une seule ligne !
      Célébrer l’absence en ne gardant à l’esprit que les bons côtés, évoquer le quotidien désenchanté avec une vision ni noire-ni blanche et sans rancœur dans les propos, faire le deuil d’un amour trépassé (ou très passé)… Tout le monde est passé par ces moments là… Et je commence à accumuler une solide expérience dans le domaine et par conséquent : de la sérénité !

  3. Célébrer si je puis dire l’absence ou la fin d’une histoire dans la paix est effectivement très doux à lire. C’est rare!
    Merci de tes mots trop gentils sur mon dernier texte..

    • Bah oui, Lise 🙂 il y a des absences qu’on finit par ne même plus regretter, des déceptions qui s’estompent avec le temps et qui laissent la place au bonheur retrouvé autre part, vécu autrement….
      C’est un état d’esprit un peu similaire (je pense) au fabuleux chanteur de ce merveilleux scopitone qui illustre le poème, que j’ai voulu exprimer. On finit par rire de tout ! 😉

      Merci pour l’avis déposé, j’apprécie grandement.
      Amicales pensées

    • Merci pour le commentaire plein d’esprit, Firenz’
      C’est exactement ce que j’ai voulu exprimer ici : une fois la douleur de la rupture passée, il faut se mettre en recherche d’une nouvelle aventure à vivre, repartir à la quête du bonheur tout en se servant des débris du passé pour reconstruire l’avenir .
      Amicales salutations

  4. Légers et délicats, ces vers dévoilent la vie dans son attrait le plus doux; celui de l’acceptation, par un sourire. La légèreté du cœur qui prend son envole au dessus de toutes les tourmentes; le bruit incessant des rouages qui font tourner la machine du Temps… Planer par amour, sans rancœur ni peine sur cette langueur monotone… Dans l’attente de se (re)poser! 😉

Une impression, une pensée :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s