Plus personne ne vient…

140685

-౸-

Plus personne ne vient charmer le grand salon
Dont tu fus le mélodieux décor ubiquiste :
Le lieu est resté vide, vacant et triste ;
Jamais plus ici ne bruira ton violon !
En subsiste un écho : les notes conquérantes
Toutes de feu autrefois – de glace aujourd’hui,
Qu’a laissées dans l’espace le bonheur enfui
En cueillaison de musique et de fleurs mourantes
Ô que tout semble éloigné de mes yeux mouillés
Quand la nuit, dans son immensité glaciale,
Chasse le sommeil ; quand ton âme liliale
Plane sur mon corps et mon cœur agenouillés !
Nul ne le sait : la maison entière s’est tue ;
Un ciel clair d’étoiles et de raffinement
Certains soirs, endort la chambre enfantinement,
Qui se plait à languir, de silence vêtue
Car la maison tout entière attend ton retour
Et se mire au cristal pur d’un rêve grandiose :
Après un baiser, ô suprême apothéose,
Tu me dis tout bas des mots d’indicible amour.

-౸-

© Yannig WaTeL 03 novembre 2014

-౸-