En mémoire aimante

9453451

C‘est en mémoire aimante des clameurs joyeuses
Et des allégresses folles parties bien loin
Que, souvenance émue d’images merveilleuses
Me revient, pour une large part sans témoin
Sans témoin, je mets à nu mon cœur solitaire,
Me recueille et toujours : un regard azuré
Nitide et pur comme d’une source l’eau claire
Se dessine, en écho à ton nom murmuré
Se figurent alors les souvenirs sans nombre
De soirs où la lune opalisait son reflet :
Je revois Jeunesse et Amour, dans la pénombre
Danser, souffle contre souffle, un divin ballet
Et je revois tes yeux, obscur brasier d’étoiles
D’où tombaient des clartés, des éclats fascinants
Et des flammes, quand la nuit argentait ses voiles,
Prêtait son mystère aux tourbillons entraînants
Ô mémoire aimante, sans cesse rajeunie !
Je vous aime aussi ô mes souvenirs qu’un soir,
J’ai valsé et chanté ma tendresse infinie
Tandis que l’orage fouettait le ciel noir !
Ce soir-là, tes doigts rehaussés d’orfèvreries
Berçaient l’archet d’or d’un violon amoureux
Et ta musique m’offrait ses cajoleries ;
Ô le grand mystère : sous la pluie, être heureux !

© Yannig WaTeL 14 novembre 2014

Publicités

10 réflexions sur “En mémoire aimante

  1. Le texte ne dément pas le titre…Tant d’optimisme malgré le temps et les amours passés ! Tes vers sont formidables de joie de vivre, d’espérance et toujours aussi fluides dans la forme. J’ ai aimé tes illustrations. Tu restes droit dans ton thème et pourtant ce n’est jamais lassant et tu rends ainsi ta pensée plus intimement compréhensible… pour moi.

  2. Ces merveilleux souvenirs d’amour et de bonheur sont précieux : tu sais que le bonheur existe et qu’il peut revenir, tu sais que tu peux aimer et être aimé en retour ; que les larmes, quand on aime, se mêlent invariablement au rire parce que c’est de la pluie et du soleil que naissent les arcs-en-ciel qui illuminent le coeur et le font vivre… et que la vie est ainsi…
    Amitiés

  3. Yannig, l’éternel amoureux nostalgique et incompris diffuse sa magique poésie où se noient nos yeux attendris d’un tel romantisme.
    C’est limpide et ça coule comme les souvenirs et les larmes d’une trop grande émotion.
    La rime est belle, le vers s’élève vers le haut, ta poésie gagne en fluidité.
    Bravo !
    et bisous
    de Hélène

    …et j’adore ton image animée! Maintenant je vais voir la vidéo mais sachant que tu soignes tes publications je m’attends à des instants agréables.

    • Comme tu l’as compris, Hélène, je me suis dépêché de transcender et de figer ce qu’il me reste de sentiments avant que ma « mémoire aimante » ne finisse par me faire défaut ! 😉
      Je suis heureux que ce poème t’ait plu et touché par ton ressenti, merci infiniment pour ces très belles lignes déposées ici, Hélène.
      Chaleureuses bibises

  4. Un simple sourire je pense résume mieux qu’un commentaire. ton poème donne le sourire malgré les larmes des souvenirs qu’il fait jaillir. Un sourire de bonheur, car l’amour n’est pas perdu, tant qu’il réside dans nos cœurs et palpite de bonheur, malgré la langueur… Merci

Une impression, une pensée :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s