Mon cœur mis à nu

83204701.ዹ.
À mon âme pareil, mon cœur nu est un feu ;
Mon sang y brûle et nourrit l’ardente fournaise,
Que mes larmes seules éteignent peu à peu
En ce cœur, tantôt tout flamme, tantôt tout braise,
Le sel pénètre et je goûte la douce ardeur
D’une onde, selon les heures, bonne ou mauvaise
Du dedans au dehors, il n’est plus de froideur !
Le feu l’a délivré des entraves humaines
Et le ciel est entré, dans sa claire splendeur
Autour, s’ouvrent et se ferment des mains hautaines ;
Leur contact ébauche les contours vaporeux
D’un envol d’anges portant de superbes chaînes
Car le temps est passé où mon cœur langoureux
Souffrait de l’espoir ôté, banni, solitaire !
Le mal qu’il me fait n’a plus rien de douloureux
Impavide, il flambe et dans la paix salutaire,
Ayant l’air de rêver un songe halluciné :
Il réduit en cendres l’amour ubiquitaire.
Malheur à celle qui prend mon cœur calciné !
.ዹ.
© Yannig WaTeL ᚒ 25 novembre 2014
.ዹ.

.