J’aime en secret et souffre en silence

2477301
J‘aime en secret ; elle-même l’ignore :
Une citoyenne d’un pays étranger
Qui rend mes songes lourds et mon sommeil léger ;
(Un sommeil, malgré moi, toujours sonore) !
C’est un minois à l’ovale charmant,
Un teint de porcelaine, une allure de cygne ;
C’est la Grâce incarnée – qui parfois me fait signe –
Que je crois entrevoir en m’endormant
Elle est beauté de corps et bonté d’âme
Qui va, répandant sur tout, son rire vainqueur
Et ses baisers ! Moi, las je m’épuise en langueur,
Cherchant pour mon cœur un baume, un dictame !
Et quand la peine prend visage humain :
Des larmes que mes yeux contiennent encore,
– Fleur de volupté douce, cueillie à l’aurore –
Elle fait un miel pour le lendemain
C’est elle pourtant, voix de confidence,
Qui renouvelle, chaque jour, mon doux courroux !
Mais, est-ce vraiment aimer que d’être jaloux ?
La douleur se tait ; je souffre en silence.

© Yannig WaTeL 23 février 2015