Les souvenirs brûlants

25875041-ຂ-
Pas un jour ne commence ni n’expire,
Sans qu’un souvenir de nos dix-huit ans
– Par les prétextes les plus incitants –
Ne m’ébranle le cœur ou ne m’inspire !
Aujourd’hui même, je vois nos amours
Sous les traits de créatures ailées
– D’un sommeil centenaire, réveillées –
Me tendre les bras, vivantes toujours :
-– Peu à peu, ton ombre en fuite furtive
Ondule, tressaille et propage en moi
Ses ondes inexprimables d’émoi ;
Je suis tel qu’en transe contemplative
Tes cheveux blonds, noués en catogan
S’irisent, en cascade sensuelle ;
Avec une langueur spirituelle,
Au milieu d’eux je goûte l’ouragan
Je suis navire essuyant la tempête
– Sur une mer aux flots extravagants –
Et cherche loin, tes replis élégants ;
Comme souvent dans mes soirs de conquête
Et comme souvent : du divan profond,
Les extases (car ma bouche éperdue
À pleines dents marque ta gorge nue)
Essaiment, légères, jusqu’au plafond
Et nos âmes montent vers l’empyrée,
Accrochant au passage, calmement :
Deux clartés constellées au firmament ;
Plus sereines qu’une aurore azurée –-
Le jour expire, ô instants radieux !
C’est l’heure lente où s’apprête le rêve :
Mon cœur s’ébranle, mon esprit s’élève
Et la Terre entière atteint les cieux.
-ຂ-
© Yannig WaTeL  08 mars 2015
-ຂ-

Publicités

18 réflexions sur “Les souvenirs brûlants

  1. Vous goûtez « l’ouragan », cherchez « les replis élégants »
    Que voilà un poème enchanteur, pour une créature ailée que je pourrais être dans un de mes fantasmes.
    Quelle belle écriture, délicate, aérienne, où de manière sous-jacente s’exprime le désir.

  2. Magnifique de beauté et de légèreté cristalline comme une rosée printanière..
    Mon blog est en pause. Suite à de nombreux problèmes, je cherche un nouvel hébergeur et communiquerai l’adresse quand il sera de nouveau opérationnel.

    • Merci beaucoup Sedna,
      « la légèreté cristalline d’une rosée printanière »… Oui, ça me plait comme vision ! Moi qui voulait suggérer : la légèreté du vol d’un colibri…
      * (j’avais constaté les dysfonctionnements concernant ton hébergeur…)
      Donc, à bientôt

  3. Ah! Alors tu n’es pas loin de tes dix huit ans pour que les voyages soient si nombreux, si violents et si courts (sourire). Ton poème est merveilleux qui embrasse tant le passé que l’avenir à l’élégance que tu atteins. Amitiés

  4. Bonjour
    Chez toi il faut savoir lire entre les lignes
    Ce que je fais à chaque fois
    J y découvre des mots cachés,des situations si romantiques!!
    Nos dix huit sont loin mais gardés au fond de nous ils sont là encore
    Ce poème reflète le présent aussi ;;enfin pour moi
    En un mot :bravo;j aime te lire

    • Merci beaucoup Dany, c’est très plaisant de voir que mes écrits suscitent un intérêt, mais encore plus plaisant de voir qu’ils déclenchent des émotions en retour.
      Au plaisir, amicalement.

    • Merci de tout cœur, ma jolie Flore
      J’ai écrit ce poème en souvenir de mon 1er Grand Amour, une camarade de classe au lycée qui s’appelait Florence. Et comme tu dis, les souvenirs engendrés sont encore posés sur les rives tranquilles de mon fleuve de vie.
      Douces pensées, bisou doux

  5. Tout ici n’est que grâce et ravissement de par le thème tout d’abord, et par les images choisies qui expriment à merveille ton ressenti, si vif encore, de ces instants d’éternité – amour et désir-…
    Vraiment un très beau poème comme toi seul sait si bien les composer… car la poésie atteint avec toi sa plus belle expression, tant tu sais si bien marier les émotions dans les vers et une technique parfaite, le tout avec harmonie…

    Mes amitiés Yannig…

  6. Bonjour Yannig
    Je navigue entre tes vers, entre les lignes et je comprends que tu apprécies tout le côté passionnel de l’amour. Aimer l’Amour plus que tout, aimer la femme dans ce qu’elle sait donner.

    Belle leçon de vie.

    Belle semaine printanière qui devrait t’inspirer d’autres petits bijoux

    • Merci 1 000 fois, Moun, pour cette réflexion et analyse qui font du bien à l’âme et au cœur et merci pour cette joie que me procurent tes compliments, connaissant ton art de manier les mots et subjuguer les émotions.
      Amicales pensées

  7. Ici je n’ose déposer de com… Car même tes abonnés écrivent avec délice en usant de mots sublimes…
    Ta poésie me ravit… Je ne sais comment tu peux aussi bien les apprivoiser ces mots… Toujours est-il que ce n’est pas que prose c’est à chaque poème une déferlante d’émotions… Des ressentis qui viennent de loin… De très loin…

    • Val, inutile de te dire à quel point il m’est agréable de t’accueillir, je te souhaite la bienvenue !
      Tu trouveras ici, des poèmes pour la plupart assez faciles d’accès, rassure-toi, mon imaginaire n’est pas si débridé !
      Je te laisse les clés, mais de toute façon, ma porte reste grande ouverte aux visites.
      Un grand et chaleureux merci, avec mes plus amicales pensées.

Une impression, une pensée :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s