Le vœu formulé

1577501ᨖᨖ
C‘est un de ces soirs où tout (sombre mais splendide)
Languit fiévreusement à travers les couchants ;
Un soir où la Lune semble veiller, placide,
L’oiseau dans son nid qui éparpille ses chants
Tranquille et serein, pareil à l’ange qui passe
Glissant, d’un pas léger dans l’air confidentiel,
Tout se confond, se mêle et se parle à voix basse :
C’est tout le terrestre qui épouse le ciel !
D’astre en astre, du haut des sphères éternelles
– Que seul l’œil initié au mystère sait voir –
Pour moi (rien que moi) mille étoiles fraternelles
Se dévoilent, filent, abolissent le noir
Et j’en voudrais pleurer, tant m’est enchanteresse
La nuit, qui déploie ses voiles d’or scintillant
Dans la paix muette, immuable, charmeresse ;
Au sein du firmament de mille feux brillant !
Ô ciel doux et cher à mon âme recueillie,
Dieu que ce soir est beau ; bien plus qu’un rêve bleu !
Soir de larmes d’amour et de joie rejaillie,
Où (soit-il entendu) j’ai formulé un vœu.
ᨖᨖ
© Yannig WaTeL  23 avril 2015
ᨖᨖ

10 réflexions sur “Le vœu formulé

  1. Bonjour Yannig,
    Ton avant-dernier quatrain est de toute beauté. Il déploie autant de charmes que cette voute céleste face à laquelle tu as frémi… Tu partages ici, tout au long de ton poème, un puissant ressenti face à une nuit dont tu as percé tous les « secrets »…
    « Muse du poète » dit-on d’elle, tu le prouves ici sans conteste. Puisse ton vœu se réaliser.
    Avec mon amitié,
    Cathy.

    • Merci beaucoup Cathy, merci de t’être embarquée dans cette envolée nocturne.
      Ah si un de mes vœux pouvait se réaliser… J’aimerais que mes poèmes soient édités dans de très mauvais manuels de mauvaises figures de style, attendu que tout ce qui est lourd, indigeste et volontairement chargé en matière d’écriture me vient assez facilement ! 🙂

      Amicales pensées

  2. Bonjour Yannig,
    Depuis peu, je réside en ville et ce qui me manque le plus, hormis fleurs au jardin, ce sont les étoiles car, en ville, il est très rare d’en admirer.
    Il me reste la lune tu me diras mais même si elle est la madone des muses (pour moi), les étoiles ont ce petit pouvoir magique qui fait vibrer les coeurs poètes, ce que tu démontres formidablement bien dans ce poème en éloge à la nuit et à ses beautés secrètes (pas tant que cela, certaines se dévoilent).

    Puisse ton voeu se réaliser, c’est tout ce que je te souhaite.

    Bises (oui, j’ai lu ta réponse précédente)… il n’y a aucun mal à se faire la bise 🙂

    • Bonjour Moun, un immense merci pour ton avis généreux, merci pour la franche cordialité que tu amènes à chacun de tes passages par ici.
      Il se trouve que moi aussi, j’adore (discrètement) notre Lune et (secrètement) les centaines de milliards d’étoiles de l’Univers ! J’ai la chance d’avoir des fenêtres orientées vers la mer (qui se situe à 500 mètres de chez moi) donc un ciel dépourvu de pollution lumineuse, ceci explique peut-être cela.
      Donc, pour l’inspiration, ça aide, c’est sûr ! Mais, j’avoue que c’est pas évident d’écrire sur le sujet sans avoir l’air de parodier, quand on a lu ces sublimes vers de Jean Racine :

      « Enfin, lorsque la nuit a déployé ses voiles,
      La lune, au visage changeant,
      Paraît sur un trône d’argent,
      Et tient cercle avec les étoiles,
      Le ciel est toujours clair tant que dure son cours,
      Et nous avons des nuits plus belles que vos jours. »

      Avec mes plus chaleureuses pensées, un bouquet d’étoiles et des bises virtuelles.

  3. Cet oiseau (peut-être un serin…) dans son nid, semble le plus heureux des êtres au monde sous la splendeur de cette belle veilleuse, de ses voiles d’or et de ces milliers d’étoiles qui illuminent les yeux et font vibrer le cœur, tant il est vrai que ces merveilles célestes et nocturnes instillent la paix et l’amour… Nul doute que devant un tel hommage, ce vœu formulé sera exaucé…

    Mes amitiés Yannig…

  4. Bonjour Yannig,
    Je ne te donnerai pas mon avis en tant que poète, je ne le suis pas (je suis une intruse), un poème, je le lis à mi-voix pour entendre sa musique et si les mots me touchent, alors le poème me plait; le tien me plait. Je me rappelle les nuits africaines, les soirs de cinéma en plein air; mes yeux quittaient l’écran et rejoignaient le ciel. Je restais le nez en l’air, heureuse, dans un fauteuil en toile inconfortable, à contempler ces myriades d’étoiles scintillantes et guettant les étoiles filantes.
    Merci pour ce partage
    Amitiés.

    • Merci beaucoup Jackie, l’intrusion n’a pas déclenché d’alarme et les cerbères qui gardent l’entrée n’ont même pas aboyé ! 🙂
      Je ne suis qu’un tout petit être humain de rien du tout, curieux des grands mystères de l’Univers et j’essaie de traduire en mots cette respiration calme, cette source de rêverie et de contemplation qu’est le ciel nocturne.
      Pour le reste, j’ai encore tant à apprendre…
      Ravi d’avoir suscité autant d’émotions à la lecture, c’est un peu le but aussi.
      Amicalement

Une impression, une pensée :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s