Féerique fleuraison

824671ℑ√

"Et l’innocence en paix dort au bord de la vie"  Albert Samain

ℑ√

Derrière elle laissant fards et raffinement,
Fraîche infiniment et claire comme l’eau pure :
Sur la paix du jardin (sur toute la Nature)
La nuit enfin descend, tombe divinement !
Sur la paix du chemin, dans l’ombre, d’arbre en arbre :
Grand pavois, la Lune au frontispice du ciel
Étale ses tons chauds d’ambre, d’or et de miel
Et couche des reflets sur le perron de marbre
Voici l’heure blonde où : pâle, décru, soumis,
Le Soleil s’alanguit, meurt d’extase, se pâme ;
Et c’est assez pour croire un peu qu’au bord de l’âme
Tout doucement, vient le lent silence promis !
Portes et fenêtres puis persiennes fermées,
On n’entend plus dès lors, que le tictacquement
(Imitant d’un cœur le tranquille battement)
De l’horloge, mêlé aux calmes voix aimées
Étoilée, à grands pas vient la nuit ! La maison
– Quiète obscurément du repos qui commence –
S’apprête aux rêves bleus que l’esprit ensemence :
Rêves d’innocente et féerique fleuraison.
ℑ√
© Yannig WaTeL 04 juillet 2015
ℑ√

.

Publicités

12 réflexions sur “Féerique fleuraison

  1. Oh ! le joli bouquet poétique nocturne au doux parfum de quiétude! Quelle sérénité en tes vers Yannig. Fond et forme s’harmonisent parfaitement
    et c’est un plaisir que de découvrir la palette des pastels de tes mots. J’aime beaucoup « tictacquement ».
    Citation de A. Samain, chanson de Najoua, et surtout poème de Yannig, en ce samedi caniculaire; un joli moment de fraîcheur qui brumise l’âme et le coeur d’une douce émotion.
    Merci Yannig.

    • Hélène, tu n’ignores pas que tes ressentis de Plume fine et délicate me sont précieux. 🙂

      J’aime beaucoup aussi « tictacquement » que ces vieux messieurs et dames de l’Académie Française ont oublié d’inventer ! C’est en vérité, une licence poétique que s’était modestement octroyé l’immense Émile Verhaeren, dans son poème « L’usine » (un extrait ci-joint). En fait, j’ai voulu modestement témoigner de mon approbation a posteriori pour ce formidable enrichissement de la langue française !

      Automatiques et minutieux,
      Des ouvriers silencieux
      Règlent le mouvement
      D’universel tictacquement
      Qui fermente de fièvre et de folie
      Et déchiquette, avec ses dents d’entêtement,
      La parole humaine abolie.

      Avec humilité et tendresse, je te dis un grand merci pour la lecture et le commentaire offert.

  2. J’aime beaucoup la sérénité que dégage ce magnifique poème ….
    Je « vous » ou « te » remercie des mots laissés sur mon blog, j’apprécie très sincèrement…
    Bon dimanche avec mes amitiés.

    • Merci infiniment, d’être venue déposer un regard amical et des mots bienveillants sur ma poésie de petit auteur anonyme, je suis touché (il n’en saurait être autrement) 🙂

      Mes plus amicales pensées

  3. Dans le manteau de la nuit, au bord de l’âme glisse le rêve.
    La pensée s’effeuille doucement et dessine un silence sur les bords de l’infini…
    J’aime beaucoup, Yannig… gros bisous. Flore

    • J’aime beaucoup les effleurements que tes regards apportent à ma poésie, Flore, avec toujours ces subtilités un peu alambiquées et cette trame de lumière adoucie !

      Un immense merci pour ta visite. Je t’effleure des lèvres…

  4. La nuit qui descend lentement est toujours propice au rêve, à l’imagination et au ravissement… et c’est ce qu’inspire ta poésie : on se sent bien à l’ombre de tes mots…
    * très jolie chanson…

    Mes amitiés Yannig

  5. La nuit tous les poètes sont vie. Si je peux me permettre.
    Votre écrit témoigne pleinement de l’influence bénéfique de la Lune sur nos esprits fleurissants.

    Je suis ravi d’avoir pu assister à tel spectacle.

    Fabien.

    • Merci d’apprécier, Fabien, je suis sensible au regard que vous portez sur mes rêveries.
      Je crois que la fascination que je voue à notre satellite est due au fait que, contrairement au soleil, on peut la regarder en face dans son entièreté sans risquer de s’y brûler les yeux !

      Amical salut

  6. Merci d’être passé(e) sur mon blog de poésies et autres. Ces derniers temps j’ai pas mal délaissé l’ordinateur lié à la chaleur, ceci partiellement.
    J’aime beaucoup ce premier poème que je lis de vous. Et le mot « tictacquement » m’a également chanté à l’oreille, comme dans une chanson de Jacques Brel, où il chante, l’horloge dans le salon…….
    Votre poème toute une ambiance, des nuances.
    Je me suis laissée bercer par la mélodie des sons. Merci à vous.
    A bientôt au hasard 🙂 Merci pour ces mots.

    • Merci beaucoup, Filamots, pour l’intérêt particulier et la lecture attentive portés à ce poème, que je prends pour encouragements dans l’écriture. Quoique j’entretiens des rapports moins privilégiés avec l’écriture depuis quelques semaines, attendu que les activités de plein air occupent une place prépondérante, en cette période de l’année où le soleil fait moins le timide !

      Au plaisir (réciproque) d’une prochaine lecture, amicalement.

Les commentaires sont fermés.