En parfait Romantique

812125

🕁🕁🕁

🕮

Ne me pleurez pas, vous, qui exécrez la Mort !

C'est un soir un peu triste, un morne soir de pluie
Où mon corps, délivré, semble un Juste qui dort
Dans des limbes d'oubli (parce que tout s'oublie)

Et c'est le soir choisi pour franchir le grand pas
Vers l’infini des temps, l'infini de l'espace ;
Quitter (couronne au front) l'affreux monde d'en-bas
Pour l'Empyrée céleste, où je dois prendre place !

Très haut, très loin, sans peur, je pars (couronne au front)
— Pâli déjà, mais ceint de fleurs fraîches décloses —
Vers la Sphère suprême où les âmes s'en vont,
Pour sonder le secret long des métempsycoses

Car mon cœur (tour à tour avide et sans pitié)
Qui défaillait d'ennui après tant de silence,
— Ne sachant ni aimer ni souffrir à moitié —
Achève de périr dans une somnolence...

Mais l'amour ne meurt pas ; il se cabre, insoumis
Tel que je le fus quand, poète en dissidences,
Je traçais pour moi-même et pour quelques amis :
Des chamarrages fous de vœux et confidences !

Oui, fou je devais être, à croire jusqu'au bout 
Que mes vers me vaudraient posthume renommée ! 
Cela fut vain, bien sûr... Le Temps efface tout 
Quand la Plume produit une torche enflammée ! 

C'est pourquoi, chers lecteurs, je m'en vais à pas lents, 
Sans nul autre dessein (quoi qu'on en puisse dire) 
Que d'offrir en partage humbles dons et talents ; 
Ce n'est pas le moment de pleurer, mais de lire ! 

À vous, qui me saviez absorbé tout entier 
Par ma foi naïve, et tout à ma destinée : 
— Tout ceci n'est plus rien, n'ayant pas d'héritier ! — 

Je dédie ce recueil ; mon œuvre est terminée.
 
🕮

🕁🕁🕁

© Yannig WaTeL 02 mai 2016

🕁🕁🕁

.

.
Publicités

11 réflexions sur “En parfait Romantique

  1. Le plus analgésique des lecteurs sera si ce n’est consumé tout au moins chatouillé par ta plume c’est certain ! Renommée posthume, place dans l’empyrée…les places sont chères mais il serait hypocrite de cacher que l’écriture (la bonne) n’a de sens que par l’ambition. Et tes poèmes possèdent des qualités d’extrême maturité qui méritent plus de renommée. A delà des mots, j’espère que ton oeuvre n’est pas réellement terminée, mais ce n’est qu’un sentiment ( d’amitié sincère pour l’écrivain) car pouvoir choisir de tirer sa révérence avec brio est louable. Merci l’artiste…

  2. Voilà un « adieu » éblouissant ! Je ne sais s’il est réel ou fruit d’élucubrations poétiques, mais il est empreint d’un extrême romantisme qui fait chavirer, une tristesse matinée d’élégance… Bref c’est un coup de cœur…
    Ecrit-on vraiment dans l’illusion de passer à la postérité, c’est du moins ce qu’on peut déclamer…je crois néanmoins que l’âme du poète se plaît avant tout à se décharger du poids des mots qui l’encombrent… L’espoir de rester éternellement vivant à travers les mots n’appartient qu’à une élite mais finalement ne dit-on pas que les mots ne s’effacent jamais ? Alors l’immortalité est ici…
    Personnellement j’espère néanmoins continuer à pouvoir lire vos lignes avec un bonheur renouvelé…
    Amicalement

  3. Je ressens dans ce poème fort en images, davantage un état d’âme comme certains poètes talentueux peuvent traverser par moment.
    Bon nombre d’entre eux ont connu le succès après leur mort parce que trop « précoces » pour leur contemporain.
    Je pense que tu as voulu mettre en évidence en employant le « je » la solitude voire le désarroi qu’un poète non reconnu peut ressentir.
    Bravo pour ce talent particulier que tu as à faire émerger les émotions.
    Continue de nous éblouir par ta belle plume qui est pur délice !
    Bisous du coeur ♥

  4. Tu nous as habitué à mettre en mots des états d’âmes ou plutôt de coucher tes mots sous forme d’états d’âmes….alors quitter l’affreux monde d’en bas! oui , difficile quand on est sensible et poète de se montrer , de recevoir ou non…Je crois que le poète doit garder sa fraîcheur du don, ne rien attendre d’un monde dont il ne fait pas complètement partie….c’est du moins ce que je ressens de toi;Quoiqu’il en soit c’est un merveilleux poème……
    « ….Cela fut vain, bien sûr… Le Temps efface tout
    Quand la Plume produit une torche enflammée !  »
    Non , rien est vain, tu as fait don à l’univers de tes vers……….
    Sois remercié d’avoir contribué à nos rêves les plus fous, ceux qui se lovaient au fond de notre caverne, et que tu savais embellir….
    En toute amitié..
    mireille@

  5. Et moi j’attends impatiemment le prochain : un terza rima, un muzain ? Quoi qu’il en soit il aura ton empreinte, ta nostalgie, ton romantisme, tout ce qui est toi et que ta plume encre si joliment sur tes mots. A bientôt Yannig !
    Bises
    Hélène

  6. …..il y a aussi le poème régulier en alexandrins ou autres rythmes mais sans rimes, en jouant uniquement sur les sonorités.
    Poète nous t’attendons !

  7. Très joli, fluide… et touchant.
    Lorsqu’on me dit « Christine, tout n’est pas noir ou blanc dans vie » parceque je prends tout très à coeur, je réponds « je n’aime pas le gris et ma vie n’est pas grise » 😉
    Si l’écriture n’a de sens que l’ambition je suis perdue d’avance car je n’ai aucune mais alors aucune ambition ! tant pis, j’assume !
    Très bonne journée.

  8. Bon alors c’était vrai… Dommage… Ravie en tous cas de vous avoir croisé l’espace d’un bout de chemin et merci pour vos écrits coups de cœur…

  9. Et bien, voilà un retour dans votre univers après 1 an d’absence bien troublant. Vous avez réussi à provoquer en moi de la tristesse tant votre récit était prenant.
    Je vais donc me consoler avec les quelques merveilles que vous avez mis au monde en 2016 que je n’ai pas eu encore la chance de parcourir.

    Bonne continuation, ce fût un réel plaisir d’échanger avec vous quelques commentaires.

    Fabien.

Les commentaires sont fermés.